Une employée tombe enceinte

Obligation et interdiction de travail

Une employée enceinte ne peut travailler qu’avec son accord (art. 35a de la loi sur le travail) mais ne touchera son salaire que si des raisons médicales (certificat médical) justifient son absence. Une fois la période d’essai écoulée, il est interdit de licencier une femme enceinte ainsi que durant les 16 mois suivant l’accouchement. Elle peut par contre démissionner.

Durant les huit semaines suivant l’accouchement, la mère a interdiction de travailler, même si elle le souhaite.

Allocation de maternité

En complément du congé maternité de 14 semaines, les femmes reçoivent une allocation de maternité s’élevant à 80% du revenu moyen de l’activité lucratives qu’elles exerçaient avant la naissance (voire la protection de la maternité), mais limité au maximum à 196 francs par jour. Ce droit s’éteint si la femme reprend le travail plus tôt. Des dispositions plus généreuses que la loi sur les allocations pour perte de gain peuvent être prévues par des conventions collectives de travail. Ce congé maternité ne peut pas être déduit sur les vacances ou un congé prénatal.

 

Contactez les AVOCATS de ma-societe.ch.